Les formalités administratives à effectuer pour la rénovation de vos fenêtres

Que ce soit pour changer de style, améliorer l’isolation thermique de votre maison ou réduire les nuisances sonores provenant de l’extérieur, vous avez décidé de changer les menuiseries de votre habitation. Cependant, en fonction de votre situation géographique ou des changements effectués, vous devrez accomplir certaines démarches administratives avant d’entreprendre tout travaux. Ces formalités sont importantes d’une part car elles peuvent impacter l’avancement des travaux et d’autre part, si elles ne sont pas réalisées, vous risquez de vous voir imposer la dépose des nouvelles menuiseries qui ne respecteraient pas les règles d’urbanisme établies par votre commune.

Cela est d’autant plus important si vous vivez dans un secteur dit « protégé » où il est nécessaire d’obtenir une autorisation de travaux soumise à l’avis de l’architecte des bâtiments de France. Nous vous expliquons tout dans cet article.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Avant tout projet de travaux : consultez le service urbanisme de votre mairie

Si dans certains cas isolés, vous pouvez vous dispenser d’une déclaration préalable de travaux, nous vous recommandons fortement de consulter le service urbanisme de votre mairie pour l’informer de votre projet. Cette démarche vous permettra :

  1. de savoir si votre habitation est située en zone protégée et par conséquent si vous devez respecter des plans d’urbanisme pour le changement de vos menuiseries (couleur, matériau…)
  2. de confirmer si une déclaration préalable de travaux est nécessaire
  3. d’éviter de voir votre dossier refusé ou de perdre du temps par la suite si les nouvelles menuiseries choisies ne sont pas conformes aux plans d’urbanisme de votre commune

Pour un remplacement à l’identique, on peut lire parfois que la déclaration de travaux n’est pas obligatoire. Nous vous recommandons, dès lors qu’il y a changement de menuiseries de consulter votre mairie y compris dans ce cas précis : en effet, selon les communes, les plans d’urbanisme peuvent évoluer et demander à respecter de nouvelles exigences.

Une fois muni de tous ces éléments, vous pouvez consulter votre menuisier professionnel pour commencer votre projet.

La déclaration préalable de vos travaux

Tout changement de menuiserie entraine une modification de l’esthétique de votre façade. Ces modifications peuvent être mineures (passage de simple vitrage au double vitrage) mais aussi plus importantes :

  1. Modification du modèle de menuiserie : remplacement d’une fenêtre par une porte-fenêtre
  2. Modification de l’aspect de la menuiserie : remplacement d’une fenêtre avec petits bois par une fenêtre grand vitrage, changement de dimensions
  3. Création ou suppression d’une ouverture
  4. Modification de teinte : changement de coloris
  5. Changement de matériau : remplacement de fenêtres PVC par des fenêtres bois

Vous devez alors effectuer votre déclaration préalable : avant d’entamer les travaux, votre dossier doit être déposé à la mairie au service de l’urbanisme. Il doit comprendre le formulaire CERFA correspondant rempli et signé avec un plan de situation, des plans de façades avant et après modification. L’instruction du projet nécessite généralement 1 mois. Lors du dépôt de votre dossier, la mairie vous délivre un récépissé avec un numéro d’enregistrement mentionnant le point de départ de la date à partir de laquelle les travaux pourront commencer.

Si vous vous êtes préalablement informé auprès de ce service sur les modifications possibles, l’instruction de votre dossier ne devrait pas poser de problème. En revanche, si votre projet ne respecte pas le plan d’urbanisme, votre dossier pourra être refusé et vous devrez alors faire une nouvelle demande.

Le cas spécifique des secteurs protégés

Un secteur protégé ou sauvegardé est une zone soumise à des règles particulières en raison de son « caractère historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration et la mise en valeur de tout ou partie d’un ensemble d’immeubles bâtis ou non » (article L313-1 du Code de l’urbanisme).

Pour savoir si votre habitation se situe en secteur protégé ou dans le périmètre d’un monument classé ou inscrit renseignez-vous auprès de votre mairie.

Dans ce cas, les travaux de rénovation et d’aménagements sont encadrés par le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) et votre demande d’autorisation de travaux sera soumise à l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France. Il est chargé par l’Etat de veiller au respect du PMSV et peut vous imposer un matériau et/ou des coloris particuliers pour le changement de vos menuiseries.

En fonction de l’ampleur de vos travaux, un permis de construire peut vous être demandé. Idem si les travaux portent sur un bâtiment classé aux Monuments Historiques ou sur une habitation proche d’un monument classé.

Dans tous les cas, il est nécessaire de vous rapprocher de votre mairie qui soumettra votre dossier à l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France.  Il étudiera votre projet pour savoir si celui-ci s’insère (ou non) à son paysage. Il convient de porter une attention particulière aux pièces jointes de votre dossier notamment aux pièces graphiques et aux plans de façades.

Vous pouvez également consulter directement l’Architecte des Bâtiments de France de votre région avant de démarrer votre projet pour vous donner les meilleures chances à votre dossier.

Les risques encourus si vous ne respectez pas ces démarches

Dans le cas de changement visible apportant une modification à votre façade, si vos travaux n’ont pas été déclarés et autorisés, la mairie peut vous demander de régulariser votre situation pouvant alors aller jusqu’à une injonction à la remise en état initial. Cette remise en état se fera à vos frais. Vous pouvez également être conduit au tribunal pour le motif de non-déclaration de vos travaux et vous voir infliger une amende.

Comment sont fabriquées les fenêtres en bois ?

Depuis l’époque du Moyen Age et jusqu’au XIXe siècle, le bois était le matériau quasiment exclusif pour la fabrication des huisseries.

La technique de la menuiserie s’est affinée au fil des âges et de l’évolution des fenêtres : les simples carreaux fixés dans un cadre en bois du début du Moyen Age deviennent quelques siècles plus tard des menuiseries esthétiques et sophistiquées à fermeture mouton et gueule de loup avec des traverses, croisillons et parcloses. Par la suite, des fenêtres à fermeture avec crémone encastrée dites « à frappe » font leur apparition puis s’équipent de double vitrage. 

Aujourd’hui, les techniques de la menuiserie bois se sont perfectionnées pour aboutir à un savant mélange entre savoir-faire traditionnel et innovation technologique. Ainsi, le bois permet de fabriquer des fenêtres performantes en termes d’isolation phonique et thermique tout en conservant l’esthétique et le charme des fenêtres à l’ancienne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Les différents éléments composant la fenêtre

La fenêtre moderne telle que nous nous la représentons est composée :

  1. D’un cadre qui sera fixé au mur appelé bâti ou dormant
  2. De deux battants mobiles qui permettront d’ouvrir et de fermer la fenêtre appelés ouvrants et équipés de vitrage (en général du double-vitrage)

Il existe deux types de fermeture : le verrouillage par poignée moderne avec crémone encastrée comme la gamme de fenêtre en bois contemporaine Estibelle ou la fermeture par mouton et gueule de loup, héritage de la menuiserie traditionnelle très prisée dans la rénovation de bâti ancien ou de bâtiment classé. Les menuiseries à fermeture mouton et gueule de loup sont verrouillées par une crémone ou une espagnolette (voir gamme de fenêtre en bois à l’ancienne Tradilou). 

Les étapes de la fabrication d'une fenêtre en bois sur-mesure​

Chêne-la-fenêtre-française-2

La matière première : le bois.

Nous utilisons des barres de bois sous la forme de carrelés lamellés collés 3 plis. Ce mode de fabrication associe par collage 3 lamelles de bois. Il permet d’assurer la stabilité du matériau, de renforcer sa résistance mécanique et sa résistance à la chaleur pour une meilleure durabilité de la fenêtre.

La première étape de fabrication consiste à réaliser les montants (pièces verticales) et les traverses (pièces horizontales) du dormant et des ouvrants. Pour cela, les grandes barres de bois sont coupées à la bonne longueur sur une machine appelée opticut. Une fois débités, on regroupe d’un côté les montants et traverses du dormant et de l’autre les montants et traverses des ouvrants.

Ces pièces vont suivre différentes étapes d’usinage selon les formes et profils désirés.

Les montants et traverses du dormant sont assemblés de façon mécanique (avec vis) pour constituer le bâti. Après avoir réalisé l’étanchéité, on fixe en partie basse le nez d’appui qui permettra l’écoulement de l’eau.

Les montants et traverses des ouvrants subissent un usinage spécifique tenon-mortaise qui permet de réaliser un assemblage à double enfourchement pour constituer les ouvrants.

Technique d’assemblage traditionnel, le double enfourchement est beaucoup plus solide que l’assemblage mécanique. Il permet de supporter le poids du double vitrage et évite aux ouvrants de s’affaisser au fil du temps.

Une fois les cadres ouvrants assemblés, ces derniers sont calibrés (usinés par l’extérieur) pour pouvoir par la suite s’intégrer au dormant. Puis on fixe les accessoires sur les ouvrants (battement à l’intérieur pour les fenêtres à frappe et jet d’eau à l’extérieur pour permettre l’écoulement de l’eau).

Dormants et ouvrants sont ensuite envoyés à la finitionétape durant laquelle nous allons procéder au traitement et à la protection de la menuiserie avant d’appliquer la finition peinture, lasure ou huilée désirée. 

Le premier traitement est appliqué au flow coat par aspersion : le traitement IFH (insecticide – fongicide – hydrofuge).

Après un temps de séchage, on applique un second produit appelé fond dur : il permet de protéger la menuiserie et de bloquer les remontées de tanin pouvant se produire sur le chêne.

Ensuite, chaque menuiserie est egrenée à la main : en effet, les produits à base aqueuse précédemment appliqués relèvent la fibre du bois et rendent la menuiserie rugueuse. Pour obtenir une finition lisse et irréprochable, l’égrenage est une étape essentielle de la finition. 

Par la suite, les dormants et les ouvrants sont envoyés au robot peinture pour l’application de la dernière couche de finition. Le robot permet d’appliquer la peinture de façon uniforme, sans coulure ni bavure et représente l’équivalent de 3 couches de peinture appliquées au pinceau.

Après un passage de quelques heures dans un tunnel de séchage, les ouvrants et les dormants sont envoyés à la mise en bois où on réalise :

La pose du double vitrage sur les ouvrants : après avoir placé un joint kiso en fond de feuillure de l’ouvrant, on dépose le vitrage puis on réalise l’étanchéité. Enfin on cloue des parcloses pour le fixer définitivement.

La pose des petits bois : une fois le vitrage posé, on colle les éventuels petits bois

La pose de la quincaillerie : fiches, crémones, espagnolette ou crémone encastrée selon la gamme choisie

L’engondage : on assemble les ouvrants avec le dormant et on procède au réglage pour vérifier le bon fonctionnement de la menuiserie

Après un dernier contrôle qualité, la menuiserie est soigneusement emballée pour ensuite être livrée chez votre installateur.

Fenêtres PVC, aluminium ou bois :
l'impact écologique des matériaux

Aujourd’hui, la prise de conscience écologique se généralise. Dans le secteur de la rénovation et de la construction, nous sommes particulièrement sensibilisés à la consommation énergétique des bâtiments. C’est pourquoi nous recherchons des produits toujours plus performants : les fabricants de fenêtres rivalisent d’innovation (triple vitrage, vitrage à Isolation Thermique Renforcée, ruptures de pont thermiques, agrandissement de la surface vitrée…) pour proposer des menuiseries affichant des performances thermiques exceptionnelles que ce soit en PVC, en aluminium ou en bois. 

Cependant, lorsque l’on parle impact environnemental, on oublie souvent de prendre en considération de l’énergie nécessaire à la fabrication de ces produits. Dans des bâtiments mieux isolés, avec des menuiseries performantes, le choix du matériau a alors un impact beaucoup plus significatif sur l’environnement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

L’impact sur l’émission des gaz à effet de serre et dépenses d’énergie

En effet, lorsque l’on prend en considération les ressources nécessaires à la fabrication des menuiseries, l’impact environnemental est largement différent selon le matériau utilisé.

Le PVC est une matière première non renouvelable dont la fabrication nécessite une consommation élevée d’énergie et entraîne l’émission de gaz toxiques (chlore, éthylène, dioxines…). Des efforts sont réalisés pour limiter les produits utilisés lors de la fabrication du PVC néanmoins pour être stabilisé, des additifs tels que métaux lourds et plastifiants sont inclus entraînant ainsi l’émission de polluants. La filière s’organise pour augmenter la part de recyclage de ce matériau, elle reste cependant coûteuse et peut engendrer des problèmes en fin de vie tels que l’émission de polluants lors de l’incinération ou la dispersion de métaux lourds lors de la mise en décharge.

L’aluminium est une matière première naturelle non renouvelable. Son recyclage permet une économie non négligeable de la ressource. En Europe, on estime que les fenêtres aluminium intègrent dans leur fabrication 30 à 40% de matière issue du recyclage. Le taux de collecte des profilés en aluminium se situe entre 92 et 98%.  Cependant, pour leur fabrication, les menuiseries aluminium nécessitent une grande quantité d’énergie et engendre également des émissions de polluants lors de la production et lors du recyclage poussières, microparticules, CO2…).

Le bois est une matière première naturelle renouvelable. Il a peu d’impact sur la santé et l’environnement. En ce qui concerne les menuiseries, il faut veiller à la bonne gestion des forêts dont le bois est issu. Tous les bois entrant dans la fabrication de la fenêtre française sont des bois soumis au RBUE (règlement bois de l’Union Européenne) impliquant ainsi :

  • Une amélioration de la traçabilité de la ressource forestière, et ce à une échelle internationale,
  • Le recours à du bois présentant des garanties de légalité, pour évincer des circuits commerciaux le bois exploité illégalement.

Autre point de vigilance : les produits de traitement et d’entretien doivent être sans solvants pour maintenir le faible impact environnemental et sanitaire de ce matériau.

Le bois : une ressource naturelle qui réduit les gaz à effets de serre

Le bois participe à la réduction de gaz à effet de serre en jouant le rôle de puits de carbone tout au long du développement de l’arbre. Un puits de carbone est un réservoir naturel capable d’absorber et de stocker le carbone issu du CO2 réduisant ainsi les gaz à effet de serre.

 

Matériau peu transformé, proche de son état naturel, le bois de construction est issu de forêts arrivées à maturité, dont la coupe permettra la plantation de nouveaux arbres. En pleine croissance, les nouveaux arbres poussent plus vite et peuvent absorber davantage de CO2 que les arbres matures : ils constituent des puits de carbone plus efficaces.

 

Autres avantages : le bois est le matériau recyclable par excellence. Il est également très peu consommateur de ressources et d’énergie pour sa transformation en menuiserie. Cela permet notamment de préserver l’eau une des ressources les plus précieuses dont nous disposons.

Chêne-la-fenêtre-française-1Qu’il s’agisse d’émission de gaz à effets de serre, de consommation d’énergie grise ou d’impacts sur l’air et sur l’eau, la menuiserie bois apparait clairement comme étant la moins impactante. Mieux encore, parce que la bois a la faculté d’absorber du Co2 pendant sa croissance, il contribue à la réduction de gaz à effet de serre.

 

D’autre part, ses performances thermiques et acoustiques n’étant plus à démontrer, le bois apparait comme le choix idéal pour le remplacement de fenêtres et comme matériau de construction en général. En témoigne le développement des bâtiments éco responsables à basse consommation en bois.

CITE – Bénéficiez d’un crédit d’impôt pour le remplacement de vos fenêtres

Le crédit d’impôt sur la transition énergétique vous permet de déduire de votre impôt sur le revenu une partie des dépenses engagées pour certains types de travaux d’isolation réalisés en vue d’améliorer les performances de votre habitation principale.
Sans condition de ressources, le CITE est destiné aux locataires et propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux d’isolation sur leur résidence principale. Celle-ci doit avoir été construite depuis plus de 2 ans.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Le Crédit d’impôt pour les fenêtres

Après avoir été sorties du dispositif en septembre 2018, les fenêtres ont été réintroduites dans le dispositif du CITE avec néanmoins des conditions plus restreintes.
Désormais depuis le 1er janvier 2019, le remplacement des fenêtres à simple vitrage par du double ou triple vitrage est éligible au nouveau taux de 15%. Le plafond de dépense est fixé à 100€ par fenêtre. Ce dispositif est valable jusqu’au 31 décembre 2019.

Critères d’éligibilité

Pour être éligible, le remplacement de vos fenêtres doit être réalisé par un artisan ou une entreprise du bâtiment détenant la mention RGE (Reconnu garant de l’environnement).
Plusieurs mentions obligatoires doivent apparaitre sur votre facture notamment celle précisant que les nouvelles menuiseries ont été posées en remplacement de parois à simple vitrage.
D’autre part, vos nouvelles menuiseries doivent évidemment être isolantes et répondre à des critères de performances thermiques, à savoir :
Pour les fenêtres et portes-fenêtres :
Uw ≤ 1,3 W/m².K et Sw ≥ 0,3 ou Uw ≤ 1,7 W/m².K et Sw ≥ 0,36
Avec Uw : coefficient de transmission thermique de la menuiserie et Sw : facteur de transmission solaire

Les autres aides pour le remplacement de vos fenêtres

Le CITE est cumulable avec les aides de l’Anah et l’éco PTZ, ces deux dispositifs sont attribués sous conditions de ressources
En savoir plus : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/credit-impot-transition-energetique-cite
Union des Fabricants de Menuiseries : https://www.ufme.fr/actualites/retour-des-fenetres-dans-le-cite-au-1er012019

Fenêtre à l'ancienne parisienne

Remplacer les fenêtres de son appartement Haussmannien

C’est au XIXe siècle que commencent les travaux Haussmanniens visant à transformer et moderniser la capitale française. C’est à cette époque que l’on voit se construire de nouveaux immeubles aux caractéristiques architecturales bien particulières qui sont devenus aujourd’hui emblématiques de Paris. Entièrement bâtis avec des matériaux nobles (pierres de taille pour la façade, bois pour les fenêtres), la rénovation de ces bâtiments est délicate car elle doit préserver le style architectural de l’époque tout en apportant des solutions de confort et de modernité.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

 

Pour le remplacement des menuiseries, la fenêtre française vous propose le modèle Tradilou, typiquement haussmannien qui vous apportera à la fois l’esthétique des anciennes fenêtres et les performances des menuiseries d’aujourd’hui.

La fenêtre haussmannienne est évidemment fabriquée en bois. Plusieurs essences sont utilisées mais le chêne reste le matériau de prédilection. Son veinage marqué apportera du relief et de l’authenticité à votre menuiserie. D’autre part, le bois est parfaitement adapté à la fabrication sur mesure et vous permettra de réaliser des menuiseries complexes ou imposantes (fenêtres de grandes dimensions, ensembles composés…)

Menuisiers de métier depuis 1965, chaque fenêtre de notre atelier est fabriquée sur mesure et saura répondre à vos exigences.

La fermeture mouton et gueule de loup

La majorité des fenêtres qui ornent les immeubles haussmanniens sont des fenêtres à fermeture mouton et gueule de loup. Ce système de fermeture datant du XVIIIe siècle est permis grâce à l’emboitement d’un des vantaux (appelé le mouton) dans le second (mangé par le gueule de loup). Le verrouillage de la fenêtre est ensuite assuré par une espagnolette ou une crémone.

Si la fermeture à mouton et gueule de loup date de quelques siècles, elle n’est pas désuète pour autant et présente de nombreux avantages. Elle est notamment très efficace pour les menuiseries de grande hauteur en permettant de maintenir les vantaux de manière continue et uniforme, évitant ainsi les risques de déformation ou de voilage de la menuiserie.

Remise au goût du jour avec l’ajout de joint périphérique, la fermeture mouton et gueule de loup du modèle Tradilou vous garantit une très bonne étanchéité thermique et phonique.

Crémone ou espagnolette : la pièce maîtresse de votre menuiserie

La crémone permet de verrouiller votre fenêtre mais a également une fonction esthétique : c’est la pièce maîtresse de votre menuiserie. Certaines sont de véritables œuvres d’art et si vous souhaitez les conserver, nous pouvons les décaper et les réadapter sur votre nouvelle menuiserie. Vous pouvez également choisir parmi notre offre de crémones et d’espagnolettes.

Récupération des crémones d'origine
Espagnolette vieil argent

Le ferrage par paumelles entaillées

Les fenêtres haussmanniennes sont généralement à rive droite : les ouvrants sont situés dans le même plan que le bâti (contrairement aux fenêtres modernes ou ils sont en surélévation par rapport au dormant). 

Les ouvrants sont fixés sur le bâti par des paumelles entaillées. 

Avec l’utilisation de paumelles, la fabrication doit être d’autant plus précise et minutieuse car les possibilités de réglages sont réduites.

Chaque menuiserie Tradilou est entaillée et réglée en atelier par nos menuisiers.

Paumelle entaillée pour fenêtre à l'ancienne
Paumelle entaillée

Le charme des volets intérieurs

Les volets intérieurs sont l’accessoire déco de votre menuiserie qui apporte un charme incomparable à votre pièce. Entièrement fabriqués en bois, ils permettent d’occulter la lumière de jour sans avoir à ouvrir votre fenêtre.

Fenêtre en bois sur mesure avec crémone en laiton vieilli et volets intérieurs
Tradilou avec volets intérieurs en finition huilée gris vieux bois

La finition de votre choix

La plupart des fenêtres parisiennes sont blanches. Vous pouvez également opter pour la bicoloration pour une finition différente à l’intérieur et à l’extérieur.

Nous vous proposons également une finition huilée en intérieur pour le chêne, afin de mettre en évidence le veinage du bois.

Les possibilités sont nombreuses, quoi qu’il en soit optez pour la tranquillité en choisissant la finition peinture pour l’extérieur garantie 12 ans !

Porte fenêtre en bois sur-mesure cintrée

Entretenir vos fenêtres en bois facilement

Performance thermique, isolation phonique, matériau le plus résistant à l’effraction, le bois apporte de nombreux avantages sans parler du cachet qu’il apporte à votre maison. Malheureusement, c’est son entretien qui effraie.

Décaper, traiter et repeindre… entretenir ses fenêtres en bois était vraiment très contraignant, mais les techniques de fabrication et de finition ont beaucoup évolué ces dernières années.

Chez la fenêtre française, nous avons étudié et testé depuis plus de vingt ans différents process qui nous permettent de vous proposer des fenêtres en bois de qualité durables dans le temps. Laissez tomber votre pinceau !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Pourquoi nos fenêtres bois sont faciles d’entretien ?

Chêne-la-fenêtre-française-2

Une fenêtre de qualité

C’est d’abord l’essence de bois qui garantit la durabilité et la tenue de la peinture. Nous vous proposons uniquement des essences nobles et durables telles que le bois exotique rouge ou le chêne.

Un process étudié

Notre process d’application de la finition a été mise en place il y a une vingtaine d’année. Traitement du bois pour protéger votre fenêtre, égrenage manuel,  application de la peinture au robot comme dans l’industrie automobile, c’est au total quelques 300 microns de produits (équivalent de 4 à 5 couches au pinceau) qui sont appliqués sur votre fenêtre. Ceci pour vous garantir une bonne tenue de la finition dans le temps.

Les consignes d’entretien de votre fenêtre

Entretien d'une menuiserie bois

Un nettoyage annuel comme pour l’Alu ou le PVC

En choisissant une fenêtre en finition peinture, vous optez pour la tranquillité. L’entretien se résume à un nettoyage annuel avec de l’eau savonneuse. Cet entretien permet de contrôler votre fenêtre et de détecter d’éventuels impacts ou défauts qui peuvent être réparés facilement sur le bois.

Si votre menuiserie est particulièrement exposée à la pollution ou à la poussière vous pouvez augmenter cette fréquence.

N’utilisez pas d’appareil nettoyeur à haute pression ou d’éponge abrasive qui risqueraient d’abîmer la couche de protection de la menuiserie.

Veillez aussi à déboucher les trous d’évacuation qui permettent à l’eau de s’écouler et à nettoyer les entrées d’air qui ne doivent pas être obstruées.

Pour une information complète vous pouvez télécharger notre notice d’entretien

Si vous souhaitez garder l’aspect du bois pour votre intérieur, nous vous conseillons d’opter pour la finition huilée naturelle à l’intérieur et peinture pour l’extérieur, gage de tranquillité !

Finition huilée gris vieux bois
Finition "huilé naturel"
Peinture garantie 12 ans
Précédent
Suivant

Quel type d’ouverture choisir ?

Avant de se décider pour tel ou tel type de fenêtre, il est important de réfléchir à un certain nombre de critères tels que dimension de la pièce, place disponible, exposition, fonctionnalités, ou même en terme d’esthétique.

Revue de détail des différentes options pour trouver la fenêtre adaptée à vos besoins

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Dégager une ouverture avec la fenêtre à la française ou à l’anglaise

Composée d’un ou deux battants, la fenêtre à la française permet de dégager complètement l’ouverture et de conférer à une pièce une excellente luminosité. Il convient néanmoins de prévoir suffisamment de profondeur pour l’ouvrir sans encombrer l’espace habitable. Pour les petits espaces, il est préférable d’opter pour une fenêtre avec ouverture à l’anglaise qui offre les mêmes avantages, mais dont les battants s’ouvrent vers l’extérieur.

Créer un puits de lumière avec la fenêtre basculante

Recommandée pour les fenêtres peu accessibles, la fenêtre basculante est très utilisée en France comme fenêtre de toit, grâce à sa large surface vitrée qui laisse entrer un maximum de lumière. Avec son système de basculement qui permet de renverser totalement la vitre, elle se nettoie en outre plus facilement.

Miser sur l’aération avec la fenêtre à soufflet

Entrebaillée sur sa partie haute, la fenêtre à soufflet est souvent utilisée pour ventiler un garage ou une cave, en toute circonstance, sans risque que la fenêtre claque. Elle est aussi très adaptée dans une chambre d’enfant, son système d’ouverture partiel prévenant tout risque de chute ou d’intrusion.

Gagner de la place avec la fenêtre à guillotine

Plus connue dans les pays anglo-saxons, la fenêtre à guillotine est moins répandue en France. Elle s’adapte parfaitement aux petits espaces, aucune ouverture de battant ne venant grignoter de place sur votre intérieur. Très fonctionnelle notamment dans une cuisine qu’on peut ainsi facilement aérer sans se préoccuper du robinet ou d’objets qui gênent l’ouverture.

Elle se révèle aussi très utile pour délimiter deux espaces de vie, par exemple entre une cuisine et une salle à manger.

Varier les usages avec la fenêtre oscillo battante

Utilisable en mode classique à battant, ou à soufflet, la fenêtre oscillo-battante est très pratique puisqu’elle offre les avantages des deux. Ouverture totale et luminosité du battant d’un côté, ou praticité du soufflet de l’autre, idéal pour aérer une pièce comme une cuisine ou une salle de bains, sans perte de place.

Prolonger l’espace sur l’extérieur avec une fenêtre coulissante

Opter pour des baies coulissantes dans une maison permet de profiter de grandes surfaces vitrées laissant largement entrer la lumière. En hiver, on apprécie la vue sur le jardin dans un salon baigné de lumière, tandis qu’en été elles permettent de prolonger l’espace de vie à l’extérieur, sur une terrasse ou un balcon par exemple.  Un système pratique et fonctionnel, qui offre un gain de place important. Et c’est encore plus vrai pour la fenêtre à galandage, dont la partie coulissante disparaît dans le mur. Elle apporte de plus une touche de raffinement qui se mariera aussi bien à une architecture contemporaine qu’à de vieilles pierres.

Lors de son ouverture, le coulissant à galandage disparait complètement dans le mur, permettant ainsi le prolongement de la pièce sur l’extérieur

La fenêtre : le détail déco de votre cuisine

Finition huilée, lasure ou peinture, le bois répond à toutes vos fantaisies !

Céline, blogueuse déco de franchyfancy vous parle des différentes finitions pour votre fenêtre bois

Dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation, la question du choix des fenêtres se pose très rapidement. Souvent délaissé pour des matériaux considérés comme « plus moderne », le bois à toutefois de nombreux avantages.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

En effet, on l’aime pour son côté pratique : en cas d’impact, le bois est facilement réparable et retouchable avec un résultat presque invisible. Sans parler de son pouvoir esthétique, dont le veinage peut à lui seul, conférer un aspect très décoratif. Grâce à des finitions décoratives contemporaines comme la peinture et la finition huilée ; ou encore la lasure, plus classique, votre fenêtre en bois sera protégée et personnalisée selon vos goûts. Découvrons ensemble les nombreuses possibilités autour de la fenêtre en bois.

La peinture

Qu’on choisisse une couleur passe-partout comme le noir, le gris ou le blanc ; ou bien carrément une teinte plus audacieuse, la peinture est une option qui mérite toute votre attention puisqu’elle est sans limite.

Le fabricant La Fenêtre Française a mis au point un procédé qui vous garantira au moins 12 années de tranquillité. Avec son nuancier composé de plus de 300 couleurs, vous trouverez forcément la teinte de vos rêves pour habiller vos fenêtres. Il vous faudra simplement appliquer un baume rénovateur une fois par an pour raviver vos couleurs et faire durer la finition dans le temps.

Faire le choix de la peinture, c’est aussi opter pour une finition évolutive puisque vous pourrez repeindre vos fenêtres au gré de vos goûts et de vos envies. Alors franchement, pourquoi s’en priver ?

La finition huilée

Plutôt utilisée pour teinter la face intérieure des fenêtres, la finition huilée est fortement appréciée pour son style très décoratif. Son application est simple : elle s’étale à l’aide d’un pinceau, puis on l’essuie pour lui conférer son effet nuancé, qui met en valeur le veinage du bois sans l’opacifier.

Élaborée à partir d’ingrédients naturels, l’huile de lin est écologique et ne s’écaille pas. Elle offre ainsi une finition décorative intemporelle et durable dans le temps. On peut choisir une teinte naturelle, proche du bois pour un rendu classique ; ou jouer la carte de la modernité en optant pour une teinte plus marquée qui viendra parfaire votre décoration d’intérieur. 

Votre cœur balance ? Sachez que vous pouvez également opter pour la bi-coloration : c’est à dire une fenêtre avec l’intérieur huilé et l’extérieur peint. Ainsi, vous profiterez des avantages décoratifs et pratiques !

La lasure

Moins décorative que la peinture et la finition huilée, la lasure reste une option très classique qui a pour principal but de protéger le bois. Claire ou foncée, le choix des teintes reste limité mais il comblera les amoureux des demeures authentiques d’autrefois.

Maintenant que vous êtes incollables sur les différentes finitions qui existent pour une fenêtre en bois, prenez note de ces derniers conseils : la décoration reste un jeu, alors faites-vous plaisir ! N’hésitez pas à mélanger les styles – une couleur contemporaine associée à une quincaillerie plus classique par exemple.

Ne vous forcez jamais à suivre un avis ou une tendance qui ne vous correspond pas. Votre choix vous est propre, et c’est grâce à vos idées et à vos envies que votre intérieur arrivera à vous faire vibrer. 

Céline, frenchyfancy

Cinq raisons de choisir une fenêtre en bois

Esthétique, élégant, le bois confère immédiatement charme et caractère à une demeure. Partenaire idéal des amoureux de décoration, les atouts du bois ne se limitent pourtant pas à sa dimension esthétique. C’est aussi un matériau performant, facile à travailler, qui s’adapte parfaitement au sur-mesure. Et grâce à la peinture garantie 12 ans, vous aurez l’assurance d’en profiter longtemps ! Voici cinq bonnes raisons de le préférer.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Du bois pour le style !

Nul matériau ne confère autant de charme et d’authenticité à une décoration que le bois. Chaleureux, convivial, le bois s’adapte à tous les univers. Aux fenêtres, il s’intègre parfaitement dans une demeure de caractère et se marie à merveille à une ambiance contemporaine. Variété de formes, de découpes et de finitions, le bois vous laisse une liberté absolue !

Envie de modernité, optez pour une finition gris anthracite associée à une découpe droite qui donneront à vos fenêtres une allure résolument contemporaine. Vous préférez la sobriété et l’élégance, misez sur une finition blanche alliée à une découpe moulurée.

Pas de règle en la matière, osez la couleur sur votre fenêtre traditionnelle pour lui donner une touche de modernité !

Du bois pour l’isolation thermique et acoustique

Naturellement dense, le bois offre d’excellentes performances acoustiques. Isolant thermique naturel, il constitue également un moyen efficace de réduire votre facture énergétique.

S’il contribue à vous protéger contre le froid, il convient aussi aux climats chauds et devient un matériau très apprécié pour la construction de maisons passives et habitations à basse consommation.

A noter enfin qu’une fenêtre de qualité aura moins tendance à se déformer avec le temps, vous garantissant une isolation sur la durée.

Du bois pour la qualité et robustesse

Utilisé par l’homme depuis toujours, le bois se caractérise par sa longévité et sa durabilité. Les premières fenêtres ont été construites en bois et ont traversé le temps, la solidité du matériau leur permettant de durer plusieurs générations. Très résistant, le bois ne se tord pas et constitue un très bon rempart contre les effractions.

Autre avantage, un impact sur votre menuiserie bois se réparera très facilement.

Du bois pour l’environnement

Le bois est le matériau naturel par excellence. Facilement recyclable (sa valorisation coûte beaucoup moins cher que le PVC ou l’aluminium), le bois utilisé pour la fenêtre française provient exclusivement de forêts durablement gérées.

De plus, la Fenêtre Française s’engage dans une réelle démarche écologique : les finitions sont réalisées à partir de peinture à base aqueuse ; la découpe des pièces de bois est optimisée afin d’éviter toute perte de matière première et les chutes de bois sont utilisées pour alimenter la chaudière de l’atelier

Chêne-la-fenêtre-française-1

Du bois pour la tranquillité sur le long terme

Opter pour une fenêtre en bois, c’est aussi faire le choix d’un matériau qui se révèle un excellent investissement sur la durée. L’alliance d’un matériau robuste et du savoir-faire de la fenêtre française garantissent solidité, maniabilité et durabilité de vos fenêtres. 

Et avec la peinture garantie 12 ans, l’entretien fastidieux des fenêtres en bois n’est plus qu’un lointain souvenir : leur finition durera pour longtemps !