Fenêtres PVC, aluminium ou bois :
l'impact écologique des matériaux

Aujourd’hui, la prise de conscience écologique se généralise. Dans le secteur de la rénovation et de la construction, nous sommes particulièrement sensibilisés à la consommation énergétique des bâtiments. C’est pourquoi nous recherchons des produits toujours plus performants : les fabricants de fenêtres rivalisent d’innovation (triple vitrage, vitrage à Isolation Thermique Renforcée, ruptures de pont thermiques, agrandissement de la surface vitrée…) pour proposer des menuiseries affichant des performances thermiques exceptionnelles que ce soit en PVC, en aluminium ou en bois. 

Cependant, lorsque l’on parle impact environnemental, on oublie souvent de prendre en considération de l’énergie nécessaire à la fabrication de ces produits. Dans des bâtiments mieux isolés, avec des menuiseries performantes, le choix du matériau a alors un impact beaucoup plus significatif sur l’environnement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

L’impact sur l’émission des gaz à effet de serre et dépenses d’énergie

En effet, lorsque l’on prend en considération les ressources nécessaires à la fabrication des menuiseries, l’impact environnemental est largement différent selon le matériau utilisé.

Le PVC est une matière première non renouvelable dont la fabrication nécessite une consommation élevée d’énergie et entraîne l’émission de gaz toxiques (chlore, éthylène, dioxines…). Des efforts sont réalisés pour limiter les produits utilisés lors de la fabrication du PVC néanmoins pour être stabilisé, des additifs tels que métaux lourds et plastifiants sont inclus entraînant ainsi l’émission de polluants. La filière s’organise pour augmenter la part de recyclage de ce matériau, elle reste cependant coûteuse et peut engendrer des problèmes en fin de vie tels que l’émission de polluants lors de l’incinération ou la dispersion de métaux lourds lors de la mise en décharge.

L’aluminium est une matière première naturelle non renouvelable. Son recyclage permet une économie non négligeable de la ressource. En Europe, on estime que les fenêtres aluminium intègrent dans leur fabrication 30 à 40% de matière issue du recyclage. Le taux de collecte des profilés en aluminium se situe entre 92 et 98%.  Cependant, pour leur fabrication, les menuiseries aluminium nécessitent une grande quantité d’énergie et engendre également des émissions de polluants lors de la production et lors du recyclage poussières, microparticules, CO2…).

Le bois est une matière première naturelle renouvelable. Il a peu d’impact sur la santé et l’environnement. En ce qui concerne les menuiseries, il faut veiller à la bonne gestion des forêts dont le bois est issu. Tous les bois entrant dans la fabrication de la fenêtre française sont des bois soumis au RBUE (règlement bois de l’Union Européenne) impliquant ainsi :

  • Une amélioration de la traçabilité de la ressource forestière, et ce à une échelle internationale,
  • Le recours à du bois présentant des garanties de légalité, pour évincer des circuits commerciaux le bois exploité illégalement.

Autre point de vigilance : les produits de traitement et d’entretien doivent être sans solvants pour maintenir le faible impact environnemental et sanitaire de ce matériau.

Le bois : une ressource naturelle qui réduit les gaz à effets de serre

Le bois participe à la réduction de gaz à effet de serre en jouant le rôle de puits de carbone tout au long du développement de l’arbre. Un puits de carbone est un réservoir naturel capable d’absorber et de stocker le carbone issu du CO2 réduisant ainsi les gaz à effet de serre.

 

Matériau peu transformé, proche de son état naturel, le bois de construction est issu de forêts arrivées à maturité, dont la coupe permettra la plantation de nouveaux arbres. En pleine croissance, les nouveaux arbres poussent plus vite et peuvent absorber davantage de CO2 que les arbres matures : ils constituent des puits de carbone plus efficaces.

 

Autres avantages : le bois est le matériau recyclable par excellence. Il est également très peu consommateur de ressources et d’énergie pour sa transformation en menuiserie. Cela permet notamment de préserver l’eau une des ressources les plus précieuses dont nous disposons.

Chêne-la-fenêtre-française-1Qu’il s’agisse d’émission de gaz à effets de serre, de consommation d’énergie grise ou d’impacts sur l’air et sur l’eau, la menuiserie bois apparait clairement comme étant la moins impactante. Mieux encore, parce que la bois a la faculté d’absorber du Co2 pendant sa croissance, il contribue à la réduction de gaz à effet de serre.

 

D’autre part, ses performances thermiques et acoustiques n’étant plus à démontrer, le bois apparait comme le choix idéal pour le remplacement de fenêtres et comme matériau de construction en général. En témoigne le développement des bâtiments éco responsables à basse consommation en bois.

© Copyright - La Fenêtre Française